Simulation rachat de crédit

Complétez ce formulaire qui vous prendra moins de 5 minutes pour recevoir des offres personnalisées de rachat de votre crédit.





Bannière 728x90




Voici 5 autres articles sur le rachat de crédit qui pourraient vous intéresser :

(AOF) – Natixis a enregistré un bénéfice en nette hausse au premier trimestre en raison de la plus-value de 586 millions d'euros résultant de la vente de la banque de détail à sa société mère BPCE. La banque française a dégagé un bénéfice consolidé de 764 millions d’euros, contre 260 millions d’euros l’année précédente. Le consensus d'Infront Data pour Reuters était de 701 millions d'euros. Hors éléments exceptionnels, le chiffre d’affaires recule de 192% à 192 millions d’euros. Les coûts de risque ont augmenté en l'espace d'un an, passant de 36 à 31 millions d'euros. Dans le même temps, le résultat bancaire a reculé de 3% à 2,122 milliards d'euros. L'activité a diminué de 7% à 1,9 milliard d'euros. La baisse a été de 10% à taux de change constants et éléments exceptionnels. Après la cession des activités de clientèle privée, environ 50 millions d’euros ont été dépensés en plus des économies réalisées. Environ 250 millions d'euros pour porter les économies de coûts à environ 300 millions d'euros d'ici 2020 Principaux succès dans la mise en œuvre de notre plan stratégique pour la nouvelle dimension: Le nouveau partenariat avec Covéa est en parfaite harmonie avec les objectifs de développement de notre modèle de bancassurance pour le Groupe BPCE. et l'ajout d'une nouvelle boutique de fusions et acquisitions en Australie s'inscrit dans une logique sectorielle en parfaite adéquation avec le développement de notre BGC pour la banque d'investissement. "En termes de solidité financière, Natixis détient une quote-part de la stratégie d'entreprise formelle propre à Ond, en hausse de 20 points de base à 11,3%, dépassant ainsi l'objectif de 11% fixé pour 2020, mais le ratio de levier financier est resté stable à 4, 1% AVANT D'APPRENDRE Valeurs – La fille de la Banque Populaire du groupe Banques Populaires-Caisses d'Épargne;
– Résultat bancaire de 9,5 milliards d’euros, divisé en quatre domaines d’activité: banque de détail, épargne et gestion d’actifs, épargne et assurances et services financiers spécialisés;
– refinancement principalement par la société mère BPCE et sécurisation de la production à partir du deuxième réseau de distribution français;
– Les activités se sont concentrées sur l'Europe-Afrique-Moyen-Orient (67%) et l'Amérique (28%).
– Forte croissance du ROE proche de 14%;
– renforcement de l'assurance en rachetant une participation minoritaire dans BPCE Insurance dans le cadre de la convention de distribution avec CNP Assurances;
– Ratio de fonds propres CET 1 de 10,8% en 2017, supérieur aux 8,4% requis par la BCE pour 2018;
– Situation financière solide avec une dette de A;
– Rendement élevé, soutenu par l'engagement d'un taux de distribution de 74% du bénéfice. Les faiblesses de la valeur – sensibilité de l’activité de la gestion d’actifs à la parité € / €, 40% du résultat avant réserves en dollars devant être libellés;
– Les investisseurs s'inquiétaient du risque d'augmentation des taux obligataires.
– Risque d'action collective contre les frais de gestion des produits d'épargne "cachés". Comment surveiller la valeur – Dans le contexte actuel, la valorisation des banques dépend de 5 points: leur position de liquidité, leur capacité à respecter le ratio de solvabilité "Bâle 3" de 9% des fonds propres, le contrôle des obligations de la banque d'investissement, Centralisation des compensations de produits dérivés et, enfin, des décisions de la banque centrale – USFD et European BCE;
– Dans un contexte "normal", l'évaluation repose sur 2 points: les coûts de risque liés à l'environnement économique et le rendement des fonds propres ou du ROE;
– Plan stratégique pour la nouvelle dimension d'un retour sur investissement compris entre 13 et 14,5% à l'horizon 2020, avec une répartition de la trésorerie disponible répartie entre la croissance externe pour 1 MdE et les actionnaires pour 3 MdE;
– Développer davantage le partenariat avec Oddo dans le domaine du courtage en actions dans le but de devenir un acteur majeur du secteur en Europe et du WCM américain;
– spéculation sur une vente d'actions de Coface;
– Valeur non opaque, BPCE (Banques Populaires-Caisses d'Epargne) détient 71% du capital. Finance – Banques Comme le montrent les résultats du troisième trimestre, l'activité de la banque de détail dans les institutions d'assurance françaises prend de plus en plus d'importance. En conséquence, l’assurance a représenté plus de 15% du bénéfice avant impôts du groupe BNP Paribas, la part du chiffre d’affaires étant limitée à 7%. Le groupe Crédit Agricole, premier groupe d’assurance vie en France aux côtés de CNP, a enregistré une augmentation de 27% de ses bénéfices (à 645 millions d’euros) en une seule année, à 490 millions d’euros (+ 38% en un an). Compte tenu de l'activité historique, l'octroi de prêts, qui génèrent de moins en moins de bénéfices dans un environnement de taux bas, le secteur des assurances est devenu indispensable pour les établissements bancaires français. Les bancassureurs représenteraient même 40% du marché français des assurances.2019 Agence Option Finance (AOF) – Tous droits réservés par AOF. AOF collecte ses données à partir des sources qu’il considère les plus sûres. Cependant, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations qui lui sont fournies. Par conséquent, le lecteur ne doit pas être autorisé à nuire à AOF et à ses contributeurs vis-à-vis de toute réclamation découlant de cette utilisation. Option Finance Agency (AOF) est une marque du groupe Option Finance.

Noter cet article