Simulation rachat de crédit

Complétez ce formulaire qui vous prendra moins de 5 minutes pour recevoir des offres personnalisées de rachat de votre crédit.





Bannière 728x90




Voici 5 autres articles sur

Carte de paiement - Wikipedia

 qui pourraient vous intéresser :


"Blue Card" continue ici. Pour d'autres significations, voir carte bleue. Une carte de paiement est un moyen de paiement se présentant sous la forme d’une carte plastique de 85,60 × 53,98 mm (1), équipée d’une piste magnétique et / ou d’une puce électronique (c’est alors une puce), et le permet, avec des entreprises physiques avec un terminal pour le paiement électronique ou avec le commerce en ligne. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une carte de paiement et de retrait, les retraits en espèces aux distributeurs automatiques étant également possibles. La carte de crédit est liée à un ou plusieurs réseaux de paiement (co-badging) utilisables dans le monde entier, par exemple. Comme Visa, MasterCard, American Express, Diners, JCB ou local, z. CB en France, Bancontact en Belgique, Interac au Canada. Par exemple, en France, la plupart des cartes comportent l’ajout de «CB - Carte de crédit» (a) en plus d’un visa international ou d’une carte MasterCard. Lorsqu'elle est utilisée au pays ou à l'étranger, la carte ou le terminal peut préférer utiliser un réseau plutôt qu'un autre. En Europe, toutefois, depuis 2016, le règlement prévoit que le titulaire de la carte doit effectuer la sélection finale (possibilité de modifier la sélection du terminal du commerçant) si le matériel le permet (présence d'un clavier et d'un écran). Il existe deux grandes catégories de cartes de paiement: les "cartes de débit" et les "cartes de crédit".

Cadre réglementaire (modifier | modifier le code)

En Europe (edit | edit the code) Le règlement européen 2015/751 (2) énonce les principes d'une carte de débit. Deux modes sont acceptés au choix du transporteur débit immédiat et autorisation systématique: inscription quotidienne sur le compte bancaire par la banque du titulaire, avec vérification du solde ou autorisation préalable avant chaque transaction; Débit immédiat sans autorisation systématique (spécifique à la France): imputation quotidienne sur le compte bancaire par la banque du titulaire avec une demande d'autorisation aléatoire en France pour de petites sommes. L'autorisation sera systématique à partir d'un certain montant (généralement 100 €) ou à l'étranger.

Carte de débit instantanée avec autorisation systématique (modification du code | changement)

Une carte de débit systématiquement autorisée est une carte de paiement qui demande systématiquement l'autorisation (transaction "en ligne") et la vérification du compte du titulaire pour chaque transaction afin de vérifier que la fourniture est suffisante. Si le déploiement est suffisant, la transaction est acceptée et le montant de l'autorisation est pris en compte pour les autorisations futures (par exemple, une transaction avec une carte conventionnelle pour laquelle une demande d'autorisation a été faite)); Sinon, il sera rejeté. En fonction des règles définies sur la carte et des paramètres du terminal de paiement, il peut être possible d'appliquer une carte d'autorisation systématique pour le trading de devises. En France (edit | changer le code) Il s’agit généralement d’une carte de débit internationale, souvent sans empreinte (numéro estampé, utilisé pour le paiement manuel au moyen de "sabots"). Les plus communs sont: Cartes Maestro et Visa Electron, ainsi que V-Pay. En France, ce type de carte était autrefois proposé aux clients "vulnérables" (jeunes, banques interdites, clients sans revenu régulier, etc.), mais toute personne qui souhaite une carte de paiement sans risque de risque peut en faire la demande. Le problème en France est que le titulaire de ce type de carte (la seule réellement sûre en France) est "stigmatisé" par son banquier ou ses commerçants, en tant que "client dangereux", "non solvable". "Qui ne sait pas comment tenir des comptes", etc. (3) Ce n'est pas du tout le cas dans les autres pays, l'approbation des transactions étant la règle. Depuis 2011, on utilise des cartes bancaires prépayées Visa ou Mastercard qui, contrairement aux cartes de débit conventionnelles, ne sont pas liées à un compte courant, mais à un compte spécifique, également appelé "compte technique" de distribution de cartes de débit en relief avec autorisation systématique, les paiements par puce , Support magnétique ou sans contact. Ces cartes ne sont pas co-badges car elles utilisent uniquement le réseau international, principalement Mastercard, pour prendre en charge les transactions. Ce type de carte n'est pas incompatible avec une limite de crédit. Dans ce cas, il peut être utilisé jusqu’à concurrence du maximum autorisé. Restrictions en France (changer | changer le code) Auparavant, le réseau français de banque en ligne reposant sur une fonctionnalité favorisant les transactions hors ligne (sans autorisation systématique), une utilisation limitée est toujours possible dans certains cas: transactions plus longues aux caisses enregistreuses des supermarchés, en particulier pendant la période des fêtes; incapables de les utiliser sur des terminaux ne pouvant pas demander d'autorisation (à l'exception d'un encodage spécifique en piste ou en puce qui permet le mode hors ligne, tel que les cartes de crédit étrangères). En France, les parkings sont progressivement équipés pour accepter ce type de carte. Les autoroutes n'ont été acceptées par SANEF aux gares de péage qu'en 2013. Les trains de terminaux, les avions ou les bateaux en France, contrairement à d’autres pays, ne peuvent pas délivrer de permis. rejeté par les sociétés de location de voitures, mal accepté dans les hôtels, les agences de voyage, etc. Le fait que les données soient imprimées sur la carte (comme avec certaines cartes prépayées) ne change rien. Les cartes de crédit étrangères Visa ou Mastercard sont acceptées sans problème.

Carte de débit instantanée sans autorisation systématique (modification du code | changement)

L'absence d'autorisation systématique pour les cartes bancaires traditionnelles est une particularité française. Les raisons sont essentiellement historiques. En fait, jusqu'à la fin des années quatre-vingt, les commerçants utilisaient essentiellement le sabot pour les transactions par carte de crédit. Pour faire une demande d'autorisation, ils devaient appeler manuellement le centre d'autorisation (appel téléphonique dans la langue bancaire), ce qui entraînait des coûts supplémentaires pour le concessionnaire, en particulier la communication téléphonique, et ralentissait les transactions. Pour ces raisons, les transactions manuelles étaient garanties sans demande d'autorisation pour de petites quantités (généralement inférieures au modèle: unité); en outre, l'autorisation est devenue obligatoire). Les terminaux de paiement électroniques (TPE) ne se sont répandus que dans les années 1990: d'abord une bande magnétique, puis une puce électronique rapide avec saisie du code. Les VSE peuvent exécuter automatiquement les autorisations sur la ligne téléphonique. Les retraits étaient toujours soumis à approbation. Cependant, l'absence de l'autorisation systématique n'a pas été corrigée avec l'arrivée des TPE pour assurer le bon déroulement des transactions et sans entraîner de coûts supplémentaires pour les opérateurs. Les TPE étant connectés aux centres d'autorisation via une connexion téléphonique RTPC particulièrement lente, les demandes d'autorisation prenaient parfois plus d'une minute (comparé à une moyenne de 3 secondes pour un prélèvement DAB) et étaient particulièrement onéreuses. En effet, l'opérateur historique, France Télécom, qui jouissait encore d'un monopole à l'époque, a simplement refusé de négocier les tarifs pour les notifications aux centres d'autorisation bancaire (dans le cas de numéros spéciaux, plus coûteux que les numéros locaux) ). La France est cependant un pionnier dans le domaine des cartes bancaires intelligentes. Les transactions étaient sécurisées par l’entrée de la puce et du code, le taux de fraude sur la carte bancaire en France était parmi les plus bas au monde, même pour les transactions sans demande d’autorisation. Pour accroître la sécurité des paiements par carte, l'introduction d'une autorisation systématique pour toutes les cartes de paiement comme à l'étranger a déjà été évoquée à plusieurs reprises. plusieurs autorisations à un prix beaucoup plus bas et plus rapide qu'auparavant en raison des modes de connexion actuels (ADSL, GPRS, etc.). La plupart des commerçants (en particulier les petites entreprises à faible débit) sont réticents et désapprouvent, notamment pour les raisons suivantes: Une commission est automatiquement calculée pour chaque transaction. Une transaction avec autorisation, qui peut prendre de quelques secondes à une demi-minute, est toujours légèrement plus longue qu'une transaction sans autorisation. L’introduction de l’approbation systématique entraîne inévitablement une augmentation du nombre de refus d’entreprise de certains utilisateurs, gênant à la fois le client et le commerçant. Fraude de carte de crédit en France À la fin des années 1990 (avec la célèbre YesCard ou le vol de données bancaires), l’autorisation systématique du premier cent pour certaines transactions a été introduite, notamment dans le contrôle Une carte visuelle n’est pas possible (vente à distance ou paiement sur machines). Ainsi, les paiements sur Internet ou à certains guichets automatiques (stations-service, distributeurs de DVD, etc.) sont presque toujours autorisés par une banque. Le paiement aux guichets automatiques est donc devenu plus contraignant si le montant n'est pas connu à l'avance et qu'une demande d'autorisation est faite pour un montant pouvant être beaucoup plus important que le montant réel (par exemple 130 € d'un distributeur de carburant). Le compte doit être suffisamment rempli ou l'autorisation doit être refusée. Notez que la plupart des banques françaises commercialisent des cartes avec autorisation systématique depuis le début des années 2000 et que tout le monde peut en bénéficier, généralement Visa Electron ou Maestro, mais parfois Visa ou Mastercard. Durée d'une demande d'autorisation en fonction du mode de connexion: via une ligne téléphonique analogique RTPC: environ 20 à 30 secondes; via une ligne GPRS: 5 à 10 secondes; sur une connexion Internet terrestre (ADSL ...): 3 à 5 secondes; via un guichet automatique: 2 à 5 secondes.

Carte virtuelle (modifier | changer le code)

Une carte virtuelle ou une carte électronique est un logiciel installé sur un ordinateur et permettant, par exemple, de récupérer toutes les informations requises pour un achat sur Internet (4). Le contrôle est effectué systématiquement par la banque, qui émet parfois une autorisation après avoir été confirmée par un code envoyé par SMS qui doit être saisi sur le site Web de la banque (b). Les transactions avec des cartes virtuelles ne sont pas nécessairement facturées immédiatement. Contrairement à la carte de débit, dont les frais sont immédiatement débités (c) directement du compte courant du titulaire (jour après jour), les frais occasionnés par une carte de crédit sont débités à une date ultérieure. Le règlement européen 2015/751 (2) établit les principes d'une carte de crédit: "Il existe deux grandes catégories de cartes de crédit disponibles sur le marché. Dans le cas des cartes à débit différé, le compte du titulaire de la carte est ouvert à une date fixe, généralement une fois par mois. Avec d’autres cartes de crédit, le titulaire de la carte peut être tenu de rembourser une partie des sommes dues au moyen d’une facilité de crédit à une date ultérieure à la même date en versant des intérêts ou d’autres sommes "(2). En général, différentes méthodes de remboursement sont proposées: Trésorerie accumulée mensuelle (souvent gratuite), toutes les émissions du mois sont collectées en une fois. Les cartes de débit différées sont une catégorie de cartes de crédit. directement à partir d’une réserve de crédit renouvelable, soit par versements échelonnés (avec intérêts). En fonction du contrat avec l’émetteur de la carte bancaire, l’utilisateur peut modifier le mode de remboursement à sa guise. Vous pouvez également financer un achat groupé trois ou quatre fois sans frais ni frais réduits (option souvent offerte par les cartes de fidélité). Ils sont généralement gratuits ou très bon marché. Ils peuvent être de différents types: Carte bancaire (par exemple, Europay Mastercard Visa) de type standard avec autorisation systématique ou non systématique ou même haut de gamme (Visa Premier, MasterCard Gold, MasterCard Platinum). Au même niveau de carte, leurs restrictions de paiement et / ou de retrait sont parfois plus élevées que celles de leurs contreparties (normalement égales à la réserve disponible pour les paiements, 500 € ou plus par semaine pour les retraits, dans la limite); Carte de paiement pour enseigne commerciale: À utiliser dans la chaîne de magasins (et les magasins affiliés) où elle a été émise. Les magasins sont toujours gérés par une banque. Ils peuvent parfois être utilisés pour retirer de l’argent chez certains marchands. Carte non bancaire, Aurore, Cofinoga, Amex, etc. Parfois, en même temps que le signe dans lequel elle a été émise. Il peut être utilisé par tous les revendeurs et distributeurs automatiques du réseau auquel appartient la carte (Réf. Les cartes à débit différé servent à payer des achats mensuels (généralement sans retraits en espèces débités immédiatement) (5). Selon la configuration de la carte, ils peuvent être soumis à une politique d'autorisation systématique ou (pseudo) aléatoire. Dans ce dernier cas, une autorisation sera demandée de manière aléatoire si le montant maximum autorisé par le terminal ou la carte n'est pas dépassé. En cas de dépassement, une demande d'autorisation sera faite. Le compte du titulaire est régulièrement débité à une date fixe, voire mobile, le dernier jour ouvrable du mois. Même si une demande d'approbation est faite, laquelle sert dans ce cas à vérifier la validité de la carte (active, non fermée, non contredite) et l'accumulation de transactions (ou d'approbations), aucun solde n'est vérifié. au choix de la méthode de calcul) des n derniers jours (généralement 30 jours) inférieurs aux limites maximales convenues (6). Ce type de chirurgie offre une certaine flexibilité pour la fin des mois difficiles. Les autorisations préalables (hôtels, voitures de location, stations-service, etc.) sont également facilitées dans la mesure où elles peuvent être effectuées indépendamment du solde du compte. Le risque de découvert est donc plus grand qu'avec le débit immédiat. Cependant, la gestion du débit différé n'est pas la propriété du transporteur en tant que tel: il s'agit d'une modalité d'exécution du contrat entre le titulaire et l'organisme émetteur. Afin de satisfaire aux exigences en matière de frais de conversion énoncées dans le règlement européen, les termes "prélèvement" ou "avoir" deviennent une propriété associée à la carte. Le prélèvement automatique différé entre dans la catégorie des cartes de crédit et porte la mention "CRÉDIT" sur les nouvelles cartes produites depuis juin 2016. En consultation avec l'organisme émetteur de la carte, il est possible de passer de la note de débit immédiat. débit direct différé et vice versa en émettant une nouvelle carte spécifiant la catégorie de la carte. Les porte-monnaie électroniques ressemblent à des cartes de visite et sont réservés aux petites dépenses. Selon les pays, il existe différents systèmes: La carte peut éventuellement être réduite à une simple puce électronique sans contact intégrée au téléphone mobile. Ce système, qui est déjà utilisé au Japon, est actuellement largement utilisé en France. Il existe d'autres types de cartes: Carte de visite: pour la gestion des dépenses des employés d’une entreprise; Achat de billets: pour l'achat de fournitures de la société; Carte de retrait (sans fonction de paiement): pour retirer de l’argent aux distributeurs automatiques, soit dans le réseau bancaire qui l’a émis, soit dans un centre bancaire; Carte de fidélité (fidélité); carte associative (affinité); Cartes de la ville; carte virtuelle (e-card bleue ou e-commerce). La taille des cartes de paiement est définie dans la norme ISO 7810 (format ID-1): 85,60 × 53,98 mm. Il résulte de la mesure en pouces: 33/8 × 21/8 pouces. L'épaisseur de la carte est variable, notamment selon que le texte du verso est en relief ou non. Face d'une carte de paiement:
1. Logo de l'émetteur.
2. Puce électronique pour cartes CEM.
3ème hologramme.
4. Numéro de la carte à 15 ou 16 chiffres.
5. Logo du type de carte.
6. Date d'expiration.
7. Nom du titulaire (et parfois de l'émetteur).

Informations (éditer | éditer le code)

Une carte de crédit est identifiée par les informations suivantes: Un numéro unique (de 12 à 19 chiffres) cf. Numéro de carte de crédit (voir la page en allemand). Un numéro consécutif (souvent invisible sur la carte, mais inclus dans les données électroniques) pour identifier plusieurs cartes associées au même compte. Il contient des informations d'identification et de sécurité supplémentaires: Le nom du titulaire de la carte, parfois avec le nom de la banque émettrice et l'adresse de l'agence. Parfois, seul le nom de l'organisme émetteur est affiché (pour certaines cartes de débit ou prépayées). La date de fin de validité (parfois avec la date de début). Le cryptogramme visuel, constitué des 3 derniers chiffres imprimés sans gaufrage au dos de la carte (ou 4 chiffres au recto des cartes American Express).

Numéro de carte bancaire (changer le code | changer)

Selon la norme internationale ISO / IEC 7812 (fr), le numéro de carte de crédit est un numéro de 19 chiffres au maximum: 8 chiffres (6 avant 2017) pour le numéro d'identification de l'émetteur (IIN, anciennement numéro d'identification de la banque, BIN), dont le premier est le principal identifiant industriel (MII). Un nombre variable de chiffres identifiant la carte dans la banque. 1 valeur de somme de contrôle calculée selon la formule de Luhn (éventuellement selon le choix de l'éditeur ou selon la réglementation) Pour les cartes les plus courantes, le numéro de carte est composé de 16 chiffres répartis en 4 groupes de 4 chiffres. Les cartes sont fabriquées par des insérateurs, tels que Oberthur Technologies, Morpho, Gemalto ou ASK. La carte est généralement destinée à l'exposant qui la remet à son client. Si la carte est liée à un code secret, elle sera communiquée au titulaire de la carte soit par le fabricant, soit par la banque, mais toujours par courrier pour des raisons de sécurité.

Principes (éditer | éditer le code)

L'utilisation de cartes de paiement permet à l'utilisateur de suivre ses achats à des fins commerciales ou légales. Le suivi est facilité par la création de cartes équipées pour le paiement sans contact et permettant d'interroger des terminaux à proximité (10 cm) pouvant être portés sans que le titulaire de la carte s'en aperçoive. Les données des dossiers passagers (PNR) fournies pendant le transport (notamment par voie aérienne) contiennent le plus souvent des données de carte de paiement (8). Afin de répondre à une demande de clients ne souhaitant pas indiquer toutes leurs transactions sur leurs relevés bancaires habituels et dans le cadre de l'ouverture du concours pour l'émission de cartes de paiement, la directive "Services" a été adoptée. Le paiement autorise l'utilisation de cartes bancaires prépayées par des tiers -Unternehmen. La carte bancaire prépayée permet un anonymat relatif en fonction de l’exposant sélectionné (9).

Perte ou vol (changement de code | changement)

L'utilisateur doit informer rapidement sa banque d'une éventuelle perte ou vol de sa carte de crédit. Il existe de nombreux numéros de téléphone pour joindre un service dédié à la perte et au vol de cartes de crédit. Ces numéros de téléphone changent en fonction de l'emplacement de l'utilisateur (10). S'il s'agit d'un vol, l'utilisateur doit également se plaindre à la police, processus au cours duquel sont consignés les détails des dommages en cas d'utilisation frauduleuse. Cette plainte est ensuite transmise au procureur. L'utilisateur doit alors informer sa banque par lettre recommandée avec accusé de réception de la plainte (11).

Estimation (modifier | changer le code)

On estime que les commerçants de l'Union européenne ont payé plus de 25 milliards d'euros de redevances pour l'utilisation de cartes de paiement en 2005, ce qui représente un total de 1 350 points de vente. Des milliards d'euros (12). Les cartes de paiement ajouteraient jusqu'à 25% aux bénéfices de la banque de détail. 64 milliards de transactions par carte de crédit ont été effectuées en 2008, soit une augmentation de 35% par rapport à 2007 (13).

Questions de concours (edit | edit code)

Si le secteur des cartes de paiement est au centre de la curiosité de plusieurs autorités de concurrence ou de réglementation de différents pays, ce n’est pas un hasard. Il s’agit d’une industrie de réseau basée sur des marchés à deux faces. Deux de ses protagonistes - Visa et MasterCard - sont des associations bancaires, elles-mêmes issues de coentreprises qui distribuent des cartes aux titulaires de cartes et offrent des services aux commerçants qui acceptent ces cartes. Ces caractéristiques indiquent que le secteur peut ne pas être assez concurrentiel et nécessiter l'intervention des autorités de la concurrence ou de la réglementation. Cependant, ces caractéristiques rendent difficile l'identification du casier concurrentiel par référence aux normes habituelles du droit de la concurrence. L'analyse économique nécessaire aux décisions de concurrence ou de réglementation s'applique à ces modèles économiques, présentés comme innovants.

France (changer | changer le code)

L'un des aspects de cet environnement concurrentiel est la collecte de frais de gestion fondés sur les transactions qui obligent les commerçants à définir des seuils minimums pour les paiements par carte. Si certaines grandes chaînes acceptent la carte de crédit à partir du premier cent, d'autres sociétés exigent régulièrement un paiement minimum de 10 à 15 euros.

France (changer | changer le code)

Les paiements par carte supérieurs à 1 500 € (14) nécessitent une signature. La limite de paiement par carte est fixée par contrat entre la banque et son client (14). Il peut être temporairement ou définitivement modifié, dans certaines conditions. Un montant minimum peut être requis pour accepter la carte de crédit (14). Dans ce cas, le montant minimum doit être communiqué au client par courrier (ou sur la carte, s'il s'agit d'un restaurant ou d'un bar). Le commerçant peut demander la présentation d'une carte d'identité s'il le mentionne dans ses conditions générales de vente notifiées au client par la poste (14). Le commerçant peut refuser les cartes de crédit sans puce s’il avertit le client. Le commerçant est obligé d'accepter les cartes bancaires portant les mêmes logos que ceux donnés au client par la poste. Le commerçant peut (même s’il souhaite éviter la perte de la garantie de paiement) refuser la carte de crédit en cas de dysfonctionnement de son terminal. Dans ce cas, toutefois, il est recommandé de joindre une affiche du type "Connexion CB vers le bas".

Date de naissance de la carte de paiement (changer le code | changer)

1914: Carte de paiement en métal Western Union. 1950: carte de paiement Charga-Plate 1950: carte de crédit Diners 'Club sous la forme d'un petit carnet. 1951: carte de paiement par carte Frankin National Bank. 1953: carte de débit. 1957: Carte de paiement BankAmericard (futur visa). 1958: carte de paiement en plastique American Express. 1960: Carte de paiement avec gaufrage. 1964: carte de paiement Eurocard en Suède. 1967: carte de crédit Carte Bleue en France. Années 1960: Carte de paiement privée Cetelem, Sofinco, Cofinoga. 1971: Carte de paiement à bande magnétique. 1974: Carte de paiement avec stockage. 1978: Carte de paiement avec processeur Bull

L'ère de la puce (changer | changer le code)

1979: téléphones payants en France. 1982: carte de smartphone. 1989: carte de processeur cryptée. 1994: Porte-monnaie électronique. 1997: carte sans contact. 2001: carte téléphonique virtuelle. 2002: E-Card bleue. 2004: carte de paiement sans contact.

Emergence de grands réseaux (changer le code | modifier)

1965: distributeurs automatiques de billets de la Générale de Banque en Belgique (futur BNP Paribas Fortis). 1967: Interbank (future MasterCard). 1967: Charge Master (future MasterCard). 1967: cartes bancaires (chèque caution). 1967: distributeurs automatiques de billets au Japon. 1968: Eurocheque. 1968: les contrats interbancaires et de facturation principale deviennent MasterCard. 1971: Groupe Carte Bleue (acquis par Visa Europe en 2010), qui regroupe six banques françaises (BNP, CCF, Crédit du Nord, CIC, Crédit Lyonnais et Société Générale) pour la carte de paiement Carte Bleue. 1977: Visa. 1978: Cartes enregistrées. 1978: Visa Europe à Londres. 1979: MasterCard. 1980: généralisation de la piste magnétique. 1984: Groupe Cartes Bancaires, qui rassemble les banques Visa et MasterCard basées en France sur le thème de l'interbancaire des cartes de paiement.

Internationalisation (changer le code | changer)

1974: Contrats de carte bleue américaine: La carte bleue internationale. 1977: Crédit Agricole vend Eurocard. 1978: Le Crédit Agricole rachète Eurocard. 1979: terminaux de paiement électronique en France et porte-monnaie électronique en ligne à la banque régionale de l'Ain (15). 1983: Fédération bancaire française (AFB). 1984: Groupe Cartes Bancaires, qui rassemble les banques Visa et MasterCard basées en France sur le thème de l'interbancaire des cartes de paiement. 1985: cartes de paiement Amex Gold Prestige (établies aux États-Unis depuis 1966, année de l'introduction de la carte Platinum en 1984), Visa Premier, MasterCard Gold et MasterCard Platinum. 1998: Carte de paiement internationale avec autorisation systématique sans numéros Maestro et Visa Electron en relief.

Interbanking (changer le code | changer)

1984: Interac au Canada. 1985: interbancaire. 1985: Cartes bancaires choisit la puce. 1986: cartes de paiement Prestige en France. 1986: Cetelem émet des cartes bancaires. 1986: Cartes de crédit Carte Bleue. 1988: crédits bancaires renouvelables (Pluriel, Credilion ...). 1989: Cofinoga fonde Sigma Bank. 1989: carte de crédit UAP. 1990: Première retraite sur le réseau Cartes Bancaires. 1992: cartes de paiement intelligentes. 1994: carte de fidélité et de paiement: Point Ciel de Cofinoga. 2003: GIM-UEMOA: Fusion de toutes les banques et institutions financières (plus d'une centaine) des huit pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo).

L'ère du changement (changer | éditer le code)

1994: règlements interbancaires centraux pour d'importants transferts entre banques. 1995: lecteur de puce aux guichets automatiques. 1996: Europay (acquise par MasterCard en 2002), MasterCard et Visa lancent EMV. 1998: Expériences de billetterie en France. 1998: Expériences avec le porte-monnaie électronique en France. 2000: Paiement sur Internet. 1998: Développement de terminaux de paiement électroniques pour le passage à la CB 5.1. 1999: Développement des terminaux de paiement électronique pour l'année 2000. 1999: Banque centrale européenne. 2000: Cryptage des paiements sur Internet. 2001: Développement de terminaux de paiement électroniques pour le passage à l'euro. 2002: authentification de paiement sur Internet. 2003: Introduction de la compatibilité électromagnétique en Europe. 2004: Utilisation de la compatibilité électromagnétique en France.

Dématérialisation (changer le code | changer)

Notes (modifier | changer le code)

À tort appelé "Blue Card", alors qu'il s'agit d'une marque du groupe Blue Card. ↑ Ce processus garantit une sécurité maximale ↑ Pour une connexion directe ou indirecte entre le terminal et la banque

Références (edit | edit code)

↑ (en) ISO / IEC 7810: 2003 - Cartes d'identification - Propriétés physiques, Documentation téléchargeable. ↑ a b et c "L_2015123EN.01000101.xml" sur eur-lex.europa.eu (consulté le 2 décembre 2017) ↑ Étude UFC Que choisir - (PDF) Reading Online, pp. 33 Ma carte virtuelle Bleue, ma carte virtuelle, sur visa.fr, consultée le 28 novembre 2017 ↑ Comment fonctionne la carte de débit retardé?, Sur pourquoimabanque.fr du 13 octobre 2014, consulté le 28 novembre 2017 ↑ La carte bancaire, Fiche pratique, Institut national de la consommation, levé le 30 août 2018 ↑ Proton disparaît fin 2014. Voici la carte de paiement "sans contact", sur rtbf.be ↑ (PDF) Avis relatif à la proposition de décision du cadre du Conseil relatif à l'utilisation de données de dossiers de passager (PNR) à figuré présenté par la Commission le 6 novembre 2007, G29 (page 9). ↑ Cartes bancaires prépayées: anonymat, fisc et compagnie ... les idées reçues et les réponses, sur le site Carte Bancaire Prépayée.net (consulté le 20 avril 2012). ↑ Liste des numéros de téléphone des signaleurs et audiovisuels bancaires, sur le site Banques1.com (consultée le 18 juin 2012). ↑ "Procédure d'opposition à votre carte bancaire en cas de vol", opposition d'une carte bancaire, 5 juin 18 (lu en ligne, le 23 août 2018) ↑ Commission européenne, DG Concurrence, rapport intermédiaire I: Cartes de paiement, enquête sectorielle en vertu de l'article 17 du règlement 1/2003 sur la banque de détail, 12 avril 2006, p. ii. ↑ Rapport Nilson 2007: numéro 889. ↑ a b c et paiement par carte bancaire sur le site vosdroits.service-public.fr ↑ présentation du Système MOA Wikimedia Sur les autres projets:

Articles connexes (modifier | modifier le code)

Liens external (modificateur | modificateur le code)

Noter cet article